Photo-graphies et un peu plus…

Share on Facebook

(English version in the previous post)

Un petit rappel pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler…

QUOI ?

Objectif3280 est un projet photographique participatif, mondial, en ligne, en temps réel et limité où toutes les photos postées sont, de génération en génération, liées les unes aux autres par des associations d’idées. Poétique et ludique, Objectif3280 nous invite, tous âges et toutes pratiques photographiques confondus, à partager nos imaginaires tout en composant collectivement des histoires inédites. Et ainsi à créer un superbe arbre écho-photographique !

QUAND ?

Motivées par le succès des 3 premières éditions, Lou Camino et Coralie Vincent lancent la 4e édition d’Objectif3280 le samedi 17 janvier 2015. Elle s’achèvera le samedi 14 février (N’hésitez pas à différer votre soirée de Saint-Valentin pour vivre pleinement sa dernière journée…). Un mois de surchauffe photographique jalonné de 7 étapes clés : les passages d’une génération à l’autre !

OÙ ?

Sur le tout nouveau site trilingue dédié à ce projet unique au monde (enfin, si vous en connaissez d’autres, dites-le nous !) : www.objectif3280.com

QUI ?

Toute personne dotée d’un cerveau, en mesure de faire des associations d’idées en regardant une image, disposant elle-même de photographies – numériques, argentiques, pas de discrimination ! – et d’un ordinateur connecté à Internet peut participer. Enfin, doit participer !

COMMENT ?

En allant sur le site d’Objectif3280 et en suivant les instructions ! Tout le monde est d’accord sur un point : « c’est super facile dès lors qu’on a compris comment cela fonctionne ! ». Mais rassurez-vous, c’est assez instinctif ! D’autant que nous veillons, à l’issue de chaque édition, à rendre l’interface de participation toujours plus ergonomique et agréable !

CRÂNONS UN PEU TOUT DE MÊME

Objectif3280, c’est déjà 3 éditions ; 544 participants (le plus au Nord a posté du Svalbard, le plus au Sud des Iles Kerguelen !) ; 45 pays représentés ; 4 122 échos postés, 2 163 photopoèmes composés ; des familles engagées sur 3 générations…

 

Pour résumer, Objectif3280 est un projet artistique :

  • Utopique : créer une œuvre poético-photographique avec des inconnus sur la base d’associations d’idées
  • Viral : figurez-vous que certains m’ont rapporté avoir mis leur réveil à 6h du matin pour être sûr d’avoir une place dans les toutes premières générations (peu nombreuses, elles en effet sont très prisées) ! C’est dire…
  • Généreux: plébisciter le collectif sans mettre qui que ce soit en avant en particulier parce que l’individualisme, c’est comme les selfies, c’est has been, alors que créer ensemble, c’est ben plus trippant !
  • Gourmand : pour chaque photo postée par une personne, trois autres peuvent inventer la suite, ouvrant ainsi, génération après génération (8 exactement), le champ des possibles tout en illustrant la diversité et la richesse des points de vue ! C’est ce que l’on appelle un projet exponentiel !
  • Intergénérationnel : c’est l’essence même d’Objectif3280 qui trouve un écho à travers ses participants, âgés de 9 à 75 ans, dont plusieurs familles présentes sur 3 générations.
  • Fou : il faut l’être un peu pour vouloir réunir 3 280 photos en 30 jours et autant de belles histoires ! Donc partagez, partagez, partagez pour qu’Objectif3280 résonne toujours plus aux 4 ronds du monde !

 

Calendrier prévisionnel modulable (date d’ouvertures des générations, nombre maximum d’échos possibles par génération et d’échos autorisés par participant)

calendrier Objectif3280

Si les générations sont complètes, l’arbre portera 3 280 photos, d’où le nom du projet !

Rendez-vous le 17 janvier pour découvrir la photo originelle d’où tout découlera !

 

Share on Facebook

(Version française dans le post précédent)

For those who don’t know yet what is Objectif3280…

WHAT?

Objectif3280 is a worldwide photographic, participative project, online, in real time but limited, where, every picture, generation after generation, is linked to another through the idea. Poetic and playful, Objectif3280 invites us, all ages and types of photo enthusiasts, to share our imagination while composing unique stories together and then to create a beautiful echo-photographic tree ! That’s it…

WHEN?

Encouraged by the success of the first tree editions, Lou Camino and Coralie Vincent launch the 4th edition of Objectif3280 on Saturday, 17th January. It will end on Saturday, 14th February (Do not hesitate to postpone your Saint-Valentin’s date to fully live this final day…). A month of photographic hype marked by 7 key steps : the passages from a generation to another !

WHERE?

On the brand new and trilingual website dedicated to this unique project in the world (well, if you have other examples, please, let us know !): www.objectif3280.com

WHO?

Anyone with a brain, likely to make associations of ideas while looking at a picture, having pictures – film, digital, no discrimination! – and a computer connected to the Internet can participate. Well, has to participate!

HOW?

By going on the Objectif3280’s website and following the instructions ! Everyone agrees on one point : « it is super easy once you have understood how it works ! ». Anyway, don’t worry, it is quite instinctive! In fact, at the end of each edition, we keep an eye on making the interface more ergonomic and pleasant!

LET’S SHOW OFF A LITTLE

Objectif3280: there have already been 3 editions; 544 participants (the northernmost one from Svalbard, the southernmost one from Kerguelen Islands!); 45 countries represented; 4 122 echoes sent, 2 163 photopoemes composed; families over 3 generations…

In short, Objectif3280 is an artistic project:

  • Utopian : create a poetic and photographic work of art with strangers on the basis of association of ideas
  • Viral : believe it or not, some participants told me they had set their alarm clock at 6am to make sure they had a room in the very early generations (as they are few, they are highly coveted)! Can you imagine?
  • Generous: calling on group action without drawing attention in any way to the individual. Because individualism, like selfies, is « has been », whereas creating together is far more exhilarating!
  • Gourmet: for each photo posted by an individual, three more can imagine a follow on, thus opening the scope of possibilities while illustrating the rich diversity of points of views! That is what we call an exponential project!
  • Intergenerational : this is the very essence of Objectif3280 which resonates with the participants, from 9 to 75 years old, among them, several families over 3 generations.
  • Crazy : you have to be a little bit mad to wish to collect 3 280 pictures in 30 days and as much as beautiful stories! So, one word, share, share, share in order that Objectif3280 resonates ever further around the globe!

 

Provisional timetable (opening dates of the 8 generations, maximum number of echoes per generation and maximum number of echoes per participant)

calendrier_O3280-en

If generations are complete, the tree will hold 3280 pictures, hence the name of the projet!

SEE YOU ON THE 17TH OF JANUARY TO DISCOVER THE VERY FIRST PICTURE WHERE EVERYTHING STARTS!

Share on Facebook

Après une petite pause post-fêtes meilleurs vœux et puis voilà, Line Francillon se pose quelques minutes sur la branche…

Quelle est la place de la photographie dans ta vie ?
Je fais et je vois des photographies depuis longtemps, depuis tout le temps en fait, j’ai commencé sans y penser, car mon père est artiste photographe, et travaillait dans un laboratoire argentique. Les images, l’appareil photo, le cadre, le temps, le choix, la chimie… C’est une pratique naturelle pour moi, mais qui est devenue de plus en plus consciente et qui a évolué avec la découverte d’autres arts visuels. Ce qui m’intéresse dans la photo, c’est l’invention, et cela dans le réel. Une histoire de rencontre des éléments, de lumière, d’attente, d’instant, d’intuition. Cette pratique oblige à trouver son « point de vue » sur les choses, sur ce qui nous entoure. En photo, tu es obligé de regarder autour de toi, c’est un art solitaire, mais en même temps tu te connectes avec le monde. Cela parait superficiel, on ne capte que la surface des choses, mais parfois une image prend du sens, elle existe, elle s’affranchit de toi et de son contexte.
La manière dont je fais des images est très instinctive, et en même temps profonde. Je ne comprends pas tout, cela me dépasse. Dans mon travail de transmission de la photographie notamment, avec différents publics, j’essaie de faire sortir les choses les plus personnelles, les plus particulières. La prouesse technique et les photos déjà vues mille fois m’ont toujours ennuyée, car je ne sens personne derrière l’image, sinon la « norme » de ce qui doit être beau et acceptable esthétiquement.
Bref, la photo est pour moi un moyen de percevoir le monde de manière intense, d’être dans la vie. C’est une exploration sans fin.

Quelle est l’histoire de ta photo (La fabrique du paysage) ?
Cela fait deux étés que je voyage en Islande, et à chaque fois j’ai fait des photos dans cet endroit. Il s’agit d’une maquette de l’île. J’ai tout de suite aimé les reliefs à contrejour et le rapport d’échelle avec les visiteurs. L’idée de construction du paysage m’est venue. Et ce qui est étonnant, c’est que je suis tombée sur l’atelier de construction de ces maquettes par hasard, dans un village. Je suis en train de développer une série sur la représentation du paysage, et cette photo y trouvera sûrement sa place.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (La terre vue du ciel de Camille Ganivet) ?
La photo vue d’avion de Camille Ganivet m’a plu car elle est très simple, la terre en jaune, la mer en bleu. Cela m’a fait penser à la représentation du monde dans les Atlas, alors j’ai pensé à cette photo.

 

Vous pouvez découvrir le travail de Line en allant sur son site.

Line Francillon expose prochainement quelques photographies à Orléans :
« Incidences », installation de Line Francillon à L’identité remarquable, Orléans
Vernissage samedi 1er février à 18h ; visible tout le mois de février, 7j/7, 24h/24
4 rue du Bourdon Blanc, Orléans

Share on Facebook

Les chocolats, dindes et cadeaux n’empêchent pas les branches de pousser. Au tour d’Amandine Roche de se poser sur la branche…

Quelle est la place de la photographie dans ta vie ?
La photo a une place quotidienne dans ma vie. J’aime avoir un appareil photo toujours avec moi, peu importe s’il est performant ou non, il s’agit pour moi de capter le quotidien, ce qui me surprend, m’interpelle. J’aime observer, me perdre. Le surréalisme, la géographie et les espaces urbains sont mes sources d’inspiration.

Quelle est l’histoire de ta photo (Mirage Urbain) ?
Cette photo a été prise à Catford (banlieue de Londres) en avril 2013 lors d’une journée d’exploration urbaine avec mon partenaire preneur de son pour faire un documentaire son/photo sur les banlieues londoniennes. Nous étions un dimanche et le supermarché local était fermé, tous ces caddies entassés, inutiles, vides m’ont interpellée comme une illustration de la décadence du système de consommation.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (From Canada to USA de Crocus) ?
Entre un pont et des caddies, quels liens ? La connexion s’est faite sur la forme : la couleur (les deux photos sont en noir et blanc),  le matériel (l’acier du pont, l’acier des caddies), les motifs du pont me rappelaient également les motifs de cet entassement de caddies. Vu de loin, l’ensemble de ces caddies peut aussi faire penser à un pont, mais un pont qui ne relie pas.

Je vous invite à découvrir les aventures sonores du projet Sonospace auquel collabore Amandine Roche.

Share on Facebook

A Laurence Serfaty de monter sur la branche… Laurence, une grande fidèle d’Objectif3280 puisqu’elle participe depuis la 2e génération de la 1re édition en 2010 et qu’elle a fait monter un nombre non négligeable de personnes sur cet arbre collectif !

Quelle est la place de la photographie dans ta vie ?
J’ai eu mon premier Instamatic Kodak à 12 ans, un cadeau de mon père pour mon anniversaire, je crois. Je n’avais pas du tout le sens du cadre. J’ai commencé à comprendre comment composer une photo en visitant les châteaux de la Loire. C’est là que j’ai réalisé qu’il fallait chercher des angles originaux, des points de vue différents et ne pas se contenter de faire “clic” face au monument. Je ne prends pas de photos régulièrement, je ne pars pas en chasse à la bonne photo et je n’ai jamais eu un excellent matériel. D’ailleurs, l’envie d’acquérir un meilleur équipement commence à me démanger. Aujourd’hui, je fais pas mal de photos avec mon Iphone et avec un petit Canon numérique. J’ai du mal à prendre des photos quand les émotions que je ressens sont intenses parce que je préfère vivre le moment plutôt que de chercher à en préserver une trace en image. Quand j’observe les gens et leur appareil photo, je me demande souvent combien de photos sont prises chaque jour dans le monde, surtout depuis l’invention du numérique. Je me demande ce que deviennent ces clichés, s’ils sont regardés au retour des voyages. Je me demande aussi parfois sur combien de photos de touristes nous figurons puisqu’il nous arrive si souvent de passer dans le champ d’un appareil. Les photographes que j’aime dans le désordre : Salgado, Reza, les deux photographes qui ont provoqué les émotions les plus fortes et Riboud, Dorothea Lange, Depardon, Capa. Même si je suis sensible à la composition graphique d’une photo, ce sont toujours les photos de gens qui me touchent le plus.

Quelle est l’histoire de ta photo (Voilier du nord) ?
La photo a été prise à Stockholm, début mars 2011. J’avais eu la chance d’y être invitée à l’occasion d’un festival de films scientifiques (où l’un de mes films était projeté). Deux jours plus tôt, je me trouvais à Louxor et le choc thermique fut un peu vertigineux. Mais, à part la température, je notais des ressemblances : des voiliers (// des felouques sur le Nil) et des obélisques (si si, il y a en a 2 ou 3, aussi kitschs que contemporains, le long du port, à Stockholm). A l’instar d’03280, je remarquais les échos visuels entre ces deux villes si éloignées.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (Another day on earth de Lou Camino) ?
Bateaux sur l’eau, immeubles à l’arrière-plan, ciels… il s’agit surtout d’une connexion “conceptuelle”. Parce que l’écho graphique ou l’écho en termes de teintes n’est pas flagrant (doux euphémisme). Je dois avouer aussi ma hâte dans le choix de cette photo de 2ème génération : je participe à 03280 depuis la 1ère édition et, comme une gamine, j’étais pressée de jouer dès cette première étape ! Ceci dit, quand je vois les photopoèmes parmi lesquels elle figure, je me dis que mon choix précipité n’est pas si inopportun ;)

Share on Facebook

Laure Colmant, dont c’est la première participation, m’a envoyé trois histoires en me proposant de choisir l’une d’entre elles. Mais pourquoi choisir ? C’est d’ailleurs une question que je me pose régulièrement… Les voici donc toutes les trois…

Quelle est la place de la photographie dans votre vie ?
Omniprésente. C’est une histoire d’enfant. Ma sœur et moi avions gagné un appareil photo qu’elle s’est réservé arguant que je ne savais pas l’utiliser, alors que j’adorais cela. Parce que j’avais bien compris que c’était une possibilité de raconter des histoires. Dès que j’ai pu avoir un appareil à moi (un vieux Kodak anglais, à chambre utilisant de vieilles pellicules de 620), j’ai mis mon monde en images. Et je n’ai pas arrêté depuis.

L’histoire de Plongeon
Nous étions en Guadeloupe, sur la plage de Bois-Jolan. C’est une plage où l’on a de l’eau au mollet pendant des kilomètres, parfaites pour les enfants, sans trop de courants. A cette heure là (aux alentours de 17 heures) la lumière devient dorée et c’est un moment idéal pour les photos. Dans l’eau, les zones plus sombres sont des petites dunes de sables couvertes d’herbe marine. Les parties plus claires sont un peu plus profondes, et il n’y a que du sable. Ma dernière passait des heures à jouer, elle grimpait sur un monticule pour « plonger » dans les parties plus profondes. Et ça faisait des grands splasch… Je l’observais depuis un moment, me demandant comment elle arrivait à ne pas se faire mal. A un moment il y a eu ce bateau au fond, la ligne parfaite de son corps tendu, la ligne d’horizon de la mer… j’ai attrapé mon appareil photo. C’est devenu ma photo de vacances. Celle que je regarde quand, au cœur de l’hiver, j’ai besoin d’un bon coup de chaleur.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Notre père est Ouf ! de fx gillibert) ?
La photo précédente représentait des gens jouant sur la plage et j’ai tout de suite reconnu l’eau de la mer Caraïbes. Alors j’ai pensé à ma photo fétiche.

 

L’histoire de Trois petits lutins à la plage
Vacances de Pâques à Tarragone. Il ne faisait pas très beau comme souvent en avril. Nous sommes partis nous promener sur la plage. Comme la pluie menaçait, nos trois filles avaient enfilé leurs imperméables. Elles ont commencé à jouer dans le sable, chacune dans leur coin la moyenne, la grande et la plus petite. Trois petites lutines plantées sur le sable comme des nains dans le jardin. C’était amusant et joli. Il n’y avait plus qu’à prendre la photo.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Poupées dans une vitrine de Céline Loisel)
La photo précédente représentait trois poupées semblables, mais habillées de robes de différentes couleurs, présentées en triangle. C’était comme une évidence.

 

L’histoire de Dans les bras de la justice
J’ai suivi la manifestation contre le CEP. Les manifestations sont souvent l’occasion de prendre des photos intéressantes. Arrivée place de la République, il y avait ce garçon installé dans les bras de la statue, comme dans les bras de sa mère. Le symbole était fort. J’ai posté cette photo sur mon compte Flickr et il se trouve, par le plus grand des hasards, que la maman de ce jeune homme a vu la photo. Et que, toujours par le plus grand des hasards, elle se soit adressée à un de mes amis pour essayer de retrouver la photographe qui était moi. Il m’a transmis son mail et je lui ai envoyé le fichier original.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Reine du sable de Gildas Roudaut) ?
En fait, j’aime beaucoup ce jeu des associations. Je regarde les photos des cercles précédents et certaines me renvoient immédiatement à une image que j’ai faite. C’est ce qui s’est passé avec celle-ci. Cette femme, allongée souriante sur une statue de sable, m’a renvoyée au garçon assis confiant dans les bras de la statue de pierre.

Share on Facebook

C’est au tour de Marie-France Guerrier, dont c’est la 3e participation à Objectif3280, une fidèle donc, de monter sur la branche…

Quelle est la place de la photographie dans votre vie ?
La place des souvenirs qui prolongent les voyages, les rencontres, une petite balade, des moments choisis ou tout simplement un moment de contemplation dans des lieux différents qui vont de mon jardin aux magnifiques paysages et personnes rencontrées sur les multiples chemins de notre belle planète Terre.
Souvenirs des lieux bien sûr mais surtout souvenirs des ressentis au moment où l’on appuie sur le déclic. Des photos coup de cœur plutôt que des photos techniques. D’ailleurs je n’ai qu’un simple appareil numérique que je traîne depuis de nombreuses années.
Depuis une dizaine d’années, j’ai la chance d’avoir la liberté de prendre le temps pour voyager (plutôt adepte des vols secs, sacs au dos) et de faire des rencontres qui chaque fois me renvoient à un nouveau voyage, de nouvelles rencontres, de nouvelles photos.
Je constitue mon réservoir de souvenirs qui agrémenteront mes vieilles années quand je ne pourrai plus partir. J’ai autant de plaisir à voir mes photos que celles de tous ceux qui sont dans la même démarche.

Quelle est l’histoire de votre photo (Rouge sur blanc, une fleur en bordure des icebergs) ?
On pourrait croire à un montage… et non… Splendeur de la nature.
A fin d’un voyage chilien qui nous avait menés de Valparaiso à la Patagonie, avec un break à Chiloé, après avoir découvert une nature majestueuse lors des randonnées dans les parcs nationaux tout au long de notre descente le long de la  Cordillère des Andes, nous sommes partis pour le Torrés del Paine avec ses pics, ses lacs glaciaires et ses glaciers.
Comme le montre cette photo, nous avions un temps splendide pour cette journée au bord du Glacier Grey. Chacun de nous est parti de son côté pour un après midi « temps libre ». La fin de voyage arrivait avec quelques regrets que cela ne dure pas plus longtemps. Et aussi l’intime conviction que ces endroits magnifiques étaient, comme beaucoup d’autres à travers les mondes, un patrimoine essentiel que nous devions protéger pour laisser aux générations suivantes les mêmes opportunités que nous avons de pouvoir admirer de tels lieux.
Au détour du chemin, je découvre cet arbuste en aplomb sur le glacier. Il m’a fallu un certain temps et de nombreuses prises accompagnées de quelques glissades sur les galets de la berge bien « pentue ». Cette fleur d’un rouge éclatant triomphait du climat extrême.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (Torres del Paine National Park de Jean-Philippe Le Moigne) ?
La majestueuse beauté de la nature, quel que soit l’endroit, pourvu qu’on prenne le temps d’observer, de flâner, d’écouter le vent.

Share on Facebook

Dorian Maigues se prête au jeu des questions réponses…

Quel est le rôle de la photographie dans votre vie ?
J’ai toujours mon appareil photo dans mon sac, c’est un tout petit compact numérique sans prétentions mais qui capte assez bien la lumière je trouve. Du coup, je peux le sortir rapidement et discrètement. Lorsqu’un lieu, un moment, une scène, un détail me surprennent, me plaisent ou me touchent, je peux les « capturer » facilement.
Je n’y connais pas grand-chose techniquement, je n’ai jamais eu à faire de mise au point, à régler des focales ou quoi que ce soit.
Mais j’ai une pratique presque quotidienne de la photographie, soit pour mon travail (architecte paysagiste), soit pour moi.
Depuis quelques années, j’essaye de m’appliquer dans le cadrage et la composition. Le numérique permettrait de photographier à l’infini, alors j’essaye de prendre le temps pour trouver l’essentiel de ce que je veux saisir, comme si j’avais une pellicule et que les clichés m’étaient comptés. Des fois ça marche, des fois je me dis que j’aurais peut-être mieux fait de mitrailler…

Quelle est l’histoire de votre photo (Palimpseste) ?
Dans les sujets qui m’intéressent, je suis plus dans une logique d’accumulation, de série. Depuis quelques années, je suis obnubilé par la poétique des murs aveugles (les pignons d’immeubles laissés bruts en attente d’être comblés, les murs démolis qui gardent les traces des anciens papiers peints…) qui contrastent avec l’extrême attention accordée aux façades ciselées. La photo « palimpseste » est donc emblématique de cette collection qui commence à se dessiner.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (Pastels du passé de Cédric Ménard) ?
La connexion avec la photo précédente à Istanbul était donc toute trouvée !

Share on Facebook

A Magali Deschamps de se prêter au jeu de la branche. Magali, présente depuis la 1re édition : merci pour cette fidélité !

Quel est le rôle de la photographie dans ta vie ?
« Amatrice du dimanche sachant apprécier les belles photos », je pense… Je photographie essentiellement quand je suis en voyage, et de préférence seule : c’est là que je réussis les photos dont je suis le plus fière après coup. Pour les « portraits » je ne suis malheureusement pas très douée…
Photographier a pour moi un aspect extrêmement méditatif, à la limite de l’autisme, mais du coup très reposant… pour cela il faut du temps et ne pas être pressé, donc en vacances dans 99% des cas!… ;-)
Ensuite je prends malheureusement rarement le temps de regarder toutes ces images que je ramène…
Mais c’est justement là que le projet Objectif3280 est toujours le bienvenu : enfin une bonne raison de fouiller dans son disque dur !!!

 
Quelle est l’histoire de ta photo (Derrière la vitre) ?
Pour cette édition d’Objectif3280, je me suis (par jeu… : je n’ai eu cette idée qu’à la 3 ou 4ème photo postée) plus ou moins donnée la contrainte artistique de ne poster que des images d’un seul et même voyage ! Et j’ai réussi ! ;-)
La photo postée en G8-239 a donc été prise à Téneriffe, comme toutes les autres que j’ai postées… Un élan de pitié pour ce perroquet (à moins qu’il ne s’agisse d’une perruche ?) doublement enfermé dans sa cage et derrière cette fenêtre, par un magnifique jour d’été… et la fascination pour le graphisme de cette scène.

 
Quelle est la connexion avec celle de la génération précédente (theaterundorchesterheidelberg de Thomas Bouyssié) ?
Là c’est beaucoup moins évident pour un spectateur de l’extérieur (ce pourquoi j’ai choisi cette photo…). L’image précédente a été prise par un ami sur mon lieu de travail (!) : un théâtre d’architecture moderne, avec ces « alvéoles » de bois aux murs qui lui donne un quadrillage graphiquement très intéressant…
Le rappel du quadrillage est je pense évident… Mais il y a aussi ce qu’on ne peut pas voir sur la première photo… : si on avait la possibilité de tourner légèrement la tête vers la droite, on apercevrait le vitrage de la cabine technique, derrière lequel travaillent les techniciens chargés de la lumière, et parfois, le cas échéant, du surtitrage, de la vidéo ou du son… et sur scène, le comédien ou le chanteur qui rejoue la même représentation pour la énième fois ou justement « répète » pour la prochaine première… Même s’il n’est que rarement déguisé en perroquet ! ;-) Mais heureusement, on ne parle pas de « cage de scène » en allemand, contrairement au français… ;-)

Share on Facebook