Photo-graphies et un peu plus…

Après une petite pause post-fêtes meilleurs vœux et puis voilà, Line Francillon se pose quelques minutes sur la branche…

Quelle est la place de la photographie dans ta vie ?
Je fais et je vois des photographies depuis longtemps, depuis tout le temps en fait, j’ai commencé sans y penser, car mon père est artiste photographe, et travaillait dans un laboratoire argentique. Les images, l’appareil photo, le cadre, le temps, le choix, la chimie… C’est une pratique naturelle pour moi, mais qui est devenue de plus en plus consciente et qui a évolué avec la découverte d’autres arts visuels. Ce qui m’intéresse dans la photo, c’est l’invention, et cela dans le réel. Une histoire de rencontre des éléments, de lumière, d’attente, d’instant, d’intuition. Cette pratique oblige à trouver son « point de vue » sur les choses, sur ce qui nous entoure. En photo, tu es obligé de regarder autour de toi, c’est un art solitaire, mais en même temps tu te connectes avec le monde. Cela parait superficiel, on ne capte que la surface des choses, mais parfois une image prend du sens, elle existe, elle s’affranchit de toi et de son contexte.
La manière dont je fais des images est très instinctive, et en même temps profonde. Je ne comprends pas tout, cela me dépasse. Dans mon travail de transmission de la photographie notamment, avec différents publics, j’essaie de faire sortir les choses les plus personnelles, les plus particulières. La prouesse technique et les photos déjà vues mille fois m’ont toujours ennuyée, car je ne sens personne derrière l’image, sinon la « norme » de ce qui doit être beau et acceptable esthétiquement.
Bref, la photo est pour moi un moyen de percevoir le monde de manière intense, d’être dans la vie. C’est une exploration sans fin.

Quelle est l’histoire de ta photo (La fabrique du paysage) ?
Cela fait deux étés que je voyage en Islande, et à chaque fois j’ai fait des photos dans cet endroit. Il s’agit d’une maquette de l’île. J’ai tout de suite aimé les reliefs à contrejour et le rapport d’échelle avec les visiteurs. L’idée de construction du paysage m’est venue. Et ce qui est étonnant, c’est que je suis tombée sur l’atelier de construction de ces maquettes par hasard, dans un village. Je suis en train de développer une série sur la représentation du paysage, et cette photo y trouvera sûrement sa place.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (La terre vue du ciel de Camille Ganivet) ?
La photo vue d’avion de Camille Ganivet m’a plu car elle est très simple, la terre en jaune, la mer en bleu. Cela m’a fait penser à la représentation du monde dans les Atlas, alors j’ai pensé à cette photo.

 

Vous pouvez découvrir le travail de Line en allant sur son site.

Line Francillon expose prochainement quelques photographies à Orléans :
« Incidences », installation de Line Francillon à L’identité remarquable, Orléans
Vernissage samedi 1er février à 18h ; visible tout le mois de février, 7j/7, 24h/24
4 rue du Bourdon Blanc, Orléans

Share on Facebook

Les chocolats, dindes et cadeaux n’empêchent pas les branches de pousser. Au tour d’Amandine Roche de se poser sur la branche…

Quelle est la place de la photographie dans ta vie ?
La photo a une place quotidienne dans ma vie. J’aime avoir un appareil photo toujours avec moi, peu importe s’il est performant ou non, il s’agit pour moi de capter le quotidien, ce qui me surprend, m’interpelle. J’aime observer, me perdre. Le surréalisme, la géographie et les espaces urbains sont mes sources d’inspiration.

Quelle est l’histoire de ta photo (Mirage Urbain) ?
Cette photo a été prise à Catford (banlieue de Londres) en avril 2013 lors d’une journée d’exploration urbaine avec mon partenaire preneur de son pour faire un documentaire son/photo sur les banlieues londoniennes. Nous étions un dimanche et le supermarché local était fermé, tous ces caddies entassés, inutiles, vides m’ont interpellée comme une illustration de la décadence du système de consommation.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (From Canada to USA de Crocus) ?
Entre un pont et des caddies, quels liens ? La connexion s’est faite sur la forme : la couleur (les deux photos sont en noir et blanc),  le matériel (l’acier du pont, l’acier des caddies), les motifs du pont me rappelaient également les motifs de cet entassement de caddies. Vu de loin, l’ensemble de ces caddies peut aussi faire penser à un pont, mais un pont qui ne relie pas.

Je vous invite à découvrir les aventures sonores du projet Sonospace auquel collabore Amandine Roche.

Share on Facebook

Laure Colmant, dont c’est la première participation, m’a envoyé trois histoires en me proposant de choisir l’une d’entre elles. Mais pourquoi choisir ? C’est d’ailleurs une question que je me pose régulièrement… Les voici donc toutes les trois…

Quelle est la place de la photographie dans votre vie ?
Omniprésente. C’est une histoire d’enfant. Ma sœur et moi avions gagné un appareil photo qu’elle s’est réservé arguant que je ne savais pas l’utiliser, alors que j’adorais cela. Parce que j’avais bien compris que c’était une possibilité de raconter des histoires. Dès que j’ai pu avoir un appareil à moi (un vieux Kodak anglais, à chambre utilisant de vieilles pellicules de 620), j’ai mis mon monde en images. Et je n’ai pas arrêté depuis.

L’histoire de Plongeon
Nous étions en Guadeloupe, sur la plage de Bois-Jolan. C’est une plage où l’on a de l’eau au mollet pendant des kilomètres, parfaites pour les enfants, sans trop de courants. A cette heure là (aux alentours de 17 heures) la lumière devient dorée et c’est un moment idéal pour les photos. Dans l’eau, les zones plus sombres sont des petites dunes de sables couvertes d’herbe marine. Les parties plus claires sont un peu plus profondes, et il n’y a que du sable. Ma dernière passait des heures à jouer, elle grimpait sur un monticule pour « plonger » dans les parties plus profondes. Et ça faisait des grands splasch… Je l’observais depuis un moment, me demandant comment elle arrivait à ne pas se faire mal. A un moment il y a eu ce bateau au fond, la ligne parfaite de son corps tendu, la ligne d’horizon de la mer… j’ai attrapé mon appareil photo. C’est devenu ma photo de vacances. Celle que je regarde quand, au cœur de l’hiver, j’ai besoin d’un bon coup de chaleur.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Notre père est Ouf ! de fx gillibert) ?
La photo précédente représentait des gens jouant sur la plage et j’ai tout de suite reconnu l’eau de la mer Caraïbes. Alors j’ai pensé à ma photo fétiche.

 

L’histoire de Trois petits lutins à la plage
Vacances de Pâques à Tarragone. Il ne faisait pas très beau comme souvent en avril. Nous sommes partis nous promener sur la plage. Comme la pluie menaçait, nos trois filles avaient enfilé leurs imperméables. Elles ont commencé à jouer dans le sable, chacune dans leur coin la moyenne, la grande et la plus petite. Trois petites lutines plantées sur le sable comme des nains dans le jardin. C’était amusant et joli. Il n’y avait plus qu’à prendre la photo.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Poupées dans une vitrine de Céline Loisel)
La photo précédente représentait trois poupées semblables, mais habillées de robes de différentes couleurs, présentées en triangle. C’était comme une évidence.

 

L’histoire de Dans les bras de la justice
J’ai suivi la manifestation contre le CEP. Les manifestations sont souvent l’occasion de prendre des photos intéressantes. Arrivée place de la République, il y avait ce garçon installé dans les bras de la statue, comme dans les bras de sa mère. Le symbole était fort. J’ai posté cette photo sur mon compte Flickr et il se trouve, par le plus grand des hasards, que la maman de ce jeune homme a vu la photo. Et que, toujours par le plus grand des hasards, elle se soit adressée à un de mes amis pour essayer de retrouver la photographe qui était moi. Il m’a transmis son mail et je lui ai envoyé le fichier original.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Reine du sable de Gildas Roudaut) ?
En fait, j’aime beaucoup ce jeu des associations. Je regarde les photos des cercles précédents et certaines me renvoient immédiatement à une image que j’ai faite. C’est ce qui s’est passé avec celle-ci. Cette femme, allongée souriante sur une statue de sable, m’a renvoyée au garçon assis confiant dans les bras de la statue de pierre.

Share on Facebook

C’est au tour de Marie-France Guerrier, dont c’est la 3e participation à Objectif3280, une fidèle donc, de monter sur la branche…

Quelle est la place de la photographie dans votre vie ?
La place des souvenirs qui prolongent les voyages, les rencontres, une petite balade, des moments choisis ou tout simplement un moment de contemplation dans des lieux différents qui vont de mon jardin aux magnifiques paysages et personnes rencontrées sur les multiples chemins de notre belle planète Terre.
Souvenirs des lieux bien sûr mais surtout souvenirs des ressentis au moment où l’on appuie sur le déclic. Des photos coup de cœur plutôt que des photos techniques. D’ailleurs je n’ai qu’un simple appareil numérique que je traîne depuis de nombreuses années.
Depuis une dizaine d’années, j’ai la chance d’avoir la liberté de prendre le temps pour voyager (plutôt adepte des vols secs, sacs au dos) et de faire des rencontres qui chaque fois me renvoient à un nouveau voyage, de nouvelles rencontres, de nouvelles photos.
Je constitue mon réservoir de souvenirs qui agrémenteront mes vieilles années quand je ne pourrai plus partir. J’ai autant de plaisir à voir mes photos que celles de tous ceux qui sont dans la même démarche.

Quelle est l’histoire de votre photo (Rouge sur blanc, une fleur en bordure des icebergs) ?
On pourrait croire à un montage… et non… Splendeur de la nature.
A fin d’un voyage chilien qui nous avait menés de Valparaiso à la Patagonie, avec un break à Chiloé, après avoir découvert une nature majestueuse lors des randonnées dans les parcs nationaux tout au long de notre descente le long de la  Cordillère des Andes, nous sommes partis pour le Torrés del Paine avec ses pics, ses lacs glaciaires et ses glaciers.
Comme le montre cette photo, nous avions un temps splendide pour cette journée au bord du Glacier Grey. Chacun de nous est parti de son côté pour un après midi « temps libre ». La fin de voyage arrivait avec quelques regrets que cela ne dure pas plus longtemps. Et aussi l’intime conviction que ces endroits magnifiques étaient, comme beaucoup d’autres à travers les mondes, un patrimoine essentiel que nous devions protéger pour laisser aux générations suivantes les mêmes opportunités que nous avons de pouvoir admirer de tels lieux.
Au détour du chemin, je découvre cet arbuste en aplomb sur le glacier. Il m’a fallu un certain temps et de nombreuses prises accompagnées de quelques glissades sur les galets de la berge bien « pentue ». Cette fleur d’un rouge éclatant triomphait du climat extrême.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (Torres del Paine National Park de Jean-Philippe Le Moigne) ?
La majestueuse beauté de la nature, quel que soit l’endroit, pourvu qu’on prenne le temps d’observer, de flâner, d’écouter le vent.

Share on Facebook

Régis Desailly, dont c’est la première participation, se pose quelques instants sur la branche…

Quel est le rôle de la photographie dans votre vie ?
Je pratique la photo depuis une trentaine d’années en tant qu’amateur. J’y consacre une grande partie de mes loisirs. Je suis un amoureux de l’image, de toutes les images. J’admire tous les styles, le noir et blanc, la couleur ; tous les supports ont ma faveur : les livres, les expositions, la toile… Chaque jour, des œuvres photographiques cajolent mon regard, et je rêve de celui où peut-être… je serai bon…

Quelle est l’histoire de votre photo (Liberté chérie) ?
Elle a été prise lors de mon périple péruvien en août 2013. Cette personne regardait un match de foot qui se déroulait dans le stade du village. Il était placé côté extérieur… En voyant le grillage marquer sa peau, l’idée m’est venue qu’un cadrage bien pensé pouvait brouiller le message de cette photo. Compassion, tristesse, révolte sont les termes employés dans les commentaires qu’a suscité cette image postée sur un site d’échange. Il existe donc un monde entre la réalité et le message que l’on veut promouvoir…

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (La vie sur un fil d’Astrid) ?
J’ai choisi cette image pour marquer le contraste avec la photo source. Dans celle-ci l’oiseau malgré un environnement  inquiétant est libre de ses mouvements. Dans la mienne le personnage semble emprisonné pour longtemps derrière cette clôture.

Share on Facebook

Dorian Maigues se prête au jeu des questions réponses…

Quel est le rôle de la photographie dans votre vie ?
J’ai toujours mon appareil photo dans mon sac, c’est un tout petit compact numérique sans prétentions mais qui capte assez bien la lumière je trouve. Du coup, je peux le sortir rapidement et discrètement. Lorsqu’un lieu, un moment, une scène, un détail me surprennent, me plaisent ou me touchent, je peux les « capturer » facilement.
Je n’y connais pas grand-chose techniquement, je n’ai jamais eu à faire de mise au point, à régler des focales ou quoi que ce soit.
Mais j’ai une pratique presque quotidienne de la photographie, soit pour mon travail (architecte paysagiste), soit pour moi.
Depuis quelques années, j’essaye de m’appliquer dans le cadrage et la composition. Le numérique permettrait de photographier à l’infini, alors j’essaye de prendre le temps pour trouver l’essentiel de ce que je veux saisir, comme si j’avais une pellicule et que les clichés m’étaient comptés. Des fois ça marche, des fois je me dis que j’aurais peut-être mieux fait de mitrailler…

Quelle est l’histoire de votre photo (Palimpseste) ?
Dans les sujets qui m’intéressent, je suis plus dans une logique d’accumulation, de série. Depuis quelques années, je suis obnubilé par la poétique des murs aveugles (les pignons d’immeubles laissés bruts en attente d’être comblés, les murs démolis qui gardent les traces des anciens papiers peints…) qui contrastent avec l’extrême attention accordée aux façades ciselées. La photo « palimpseste » est donc emblématique de cette collection qui commence à se dessiner.

Quelle connexion avec celle de la génération précédente (Pastels du passé de Cédric Ménard) ?
La connexion avec la photo précédente à Istanbul était donc toute trouvée !

Share on Facebook

A Magali Deschamps de se prêter au jeu de la branche. Magali, présente depuis la 1re édition : merci pour cette fidélité !

Quel est le rôle de la photographie dans ta vie ?
« Amatrice du dimanche sachant apprécier les belles photos », je pense… Je photographie essentiellement quand je suis en voyage, et de préférence seule : c’est là que je réussis les photos dont je suis le plus fière après coup. Pour les « portraits » je ne suis malheureusement pas très douée…
Photographier a pour moi un aspect extrêmement méditatif, à la limite de l’autisme, mais du coup très reposant… pour cela il faut du temps et ne pas être pressé, donc en vacances dans 99% des cas!… ;-)
Ensuite je prends malheureusement rarement le temps de regarder toutes ces images que je ramène…
Mais c’est justement là que le projet Objectif3280 est toujours le bienvenu : enfin une bonne raison de fouiller dans son disque dur !!!

 
Quelle est l’histoire de ta photo (Derrière la vitre) ?
Pour cette édition d’Objectif3280, je me suis (par jeu… : je n’ai eu cette idée qu’à la 3 ou 4ème photo postée) plus ou moins donnée la contrainte artistique de ne poster que des images d’un seul et même voyage ! Et j’ai réussi ! ;-)
La photo postée en G8-239 a donc été prise à Téneriffe, comme toutes les autres que j’ai postées… Un élan de pitié pour ce perroquet (à moins qu’il ne s’agisse d’une perruche ?) doublement enfermé dans sa cage et derrière cette fenêtre, par un magnifique jour d’été… et la fascination pour le graphisme de cette scène.

 
Quelle est la connexion avec celle de la génération précédente (theaterundorchesterheidelberg de Thomas Bouyssié) ?
Là c’est beaucoup moins évident pour un spectateur de l’extérieur (ce pourquoi j’ai choisi cette photo…). L’image précédente a été prise par un ami sur mon lieu de travail (!) : un théâtre d’architecture moderne, avec ces « alvéoles » de bois aux murs qui lui donne un quadrillage graphiquement très intéressant…
Le rappel du quadrillage est je pense évident… Mais il y a aussi ce qu’on ne peut pas voir sur la première photo… : si on avait la possibilité de tourner légèrement la tête vers la droite, on apercevrait le vitrage de la cabine technique, derrière lequel travaillent les techniciens chargés de la lumière, et parfois, le cas échéant, du surtitrage, de la vidéo ou du son… et sur scène, le comédien ou le chanteur qui rejoue la même représentation pour la énième fois ou justement « répète » pour la prochaine première… Même s’il n’est que rarement déguisé en perroquet ! ;-) Mais heureusement, on ne parle pas de « cage de scène » en allemand, contrairement au français… ;-)

Share on Facebook

C’est à Louise Gaudillère, la benjamine de cette édition, de monter sur la branche pour nous parler de deux de ses photos…

Quel est le rôle de la photographie dans ta vie ?
Petite, je prenais l’appareil photo des grandes personnes pour prendre absolument tout en photo. Tant le cactus dans l’entrée que l’assiette de porcelaine en haut de l’armoire.
Aujourd’hui je m’amuse toujours autant à intercepter les petites choses de tous les jours. Une jolie lumière, une ombre, des formes…
Et puis quand je regarde mes photos prises à un certain moment de ma vie, j’ai l’impression qu’elles font comme les petits cailloux blancs du petit poucet, à retracer chaque instant.

L’histoire de Le beau temps, évidemment !
Seul jour de beau temps à Amiens pendant un été. J’ai sauté sur la première occasion de prendre autre chose que la pluie et l’intérieur en photo. Et puis quand je la revois, je repense à cette après-midi, tous dehors dans l’herbe bien verte…

Quelle est la connexion avec celle de la génération précédente (Après la pluie de Kristophe Noël) ?
Le titre, qui parlait de la pluie, m’a immédiatement fait penser à ces vacances là et j’ai ressorti ce soleil éclos face au ciel fraîchement bleu.

L’histoire d’Artifice
Cela faisait plusieurs soirs que je m’amusais à prendre des photos de points de lumière dans le noir. Je les faisais bouger et les déformais comme je le voulais. Je m’en suis donné à cœur joie pendant ce feu d’artifice !

Quelle est la connexion avec celle de la génération précédente (Celebration of light de Sarah Marty) ?
Des éclats couleurs lumineuses sur fond noir, qui ont éclairé le souvenir de cette soirée…

Share on Facebook

On poursuit avec Françoise Garnier-Normant, une fidèle de l’arbre, qui a entraîné mari et enfants dans l’aventure !

Quel est le rôle de la photographie dans votre vie ?
Depuis ma naissance, j’ai toujours vu des photographes amateurs près de moi : parents, famille. En grandissant, d’aussi loin que je m’en souvienne, il y avait toujours quelqu’un près de moi pour « immortaliser » un bon moment, une fête, une cérémonie, ou tout simplement un je ne sais quoi qui était très beau, ou drôle, vivant, émouvant. J’ai donc baigné dans cette atmosphère sans m’en rendre compte et à mon tour je n’ai jamais pu me passer ni m’empêcher d’en faire autant, dès que j’ai pu toucher à un appareil photo.
J’ai commencé avec l’appareil de mes parents. A cette époque, régnaient encore les appareils à soufflet, pellicule argentique 6×9 (ça date…). Ils m’ont donc initiée dès que je fus en âge de comprendre les histoires de diaphragme, distance, vitesse etc. Souvenir… et soupir ! Je photographie maintenant en numérique depuis environ 2006 ; mon précédent argentique ayant été volé.
Je crois bien que la génétique et l’exemple (comme pour moi finalement) ont fait leur travail avec nos enfants. Là aussi on peut parler de « générations ».
J’ai toujours envie de garder un coup d’œil en image, de tout ce qui me plaît, m’amuse, m’émeut, et surtout de ceux que j’aime.

Quelle est l’histoire de votre photo (Une piste vertigineuse qui donne le frisson) ?
Je l’ai prise en Patagonie chilienne sur la piste qui relie Chile-Chico (proche de la frontière argentine) à Cruce el Maiten. Il s’agissait d’un voyage individuel en couple, très longuement préparé dans les moindres détails. Il y avait de nombreux passages, ou journées, ou nuits, que nous appréhendions plus que d’autres. Dans cette nature si sauvage et complètement déserte, le moindre problème peut prendre des proportions insoupçonnables. Donc, « EL Paso De Las Llaves » nous avait été présenté comme une piste acrobatique qui rejoint la « Carretera Austral », aussi belle qu’effrayante, absence de visibilité, graviers, précipices vertigineux au dessus du lac, sans glissières, piste à peine assez large pour un véhicule… Nous avons subi une incessante alternance de pluie et soleil laissant place à de beaux arcs en ciel, mais la récompense était au rendez-vous. C’était grandiose, beau à en pleurer, comme diraient certains. Nous n’avons heureusement croisé personne et sommes arrivés sains et saufs à la fin de l’étape, le 4×4 aussi.

Quelle association d’idée avec celle de la génération précédente (Virages dangereux de Julie Quétier) ?
Ce paysage grandiose et sublime, faisant référence aussi aux virages, m’a tout de suite rappelé notre folle virée.

Share on Facebook

Un peu à l’instar de Réva de Col il y a 2 jours, Daniel Beziz nous conte l’histoire de plusieurs de ses photographies…

Quel est le rôle de la photographie dans votre vie ?
J’ai été assez surpris d’entendre dans une étude récente que des gens prennent des photos pour ne pas avoir à graver leurs souvenirs dans leurs esprits.
Pour moi, c’est tout l’inverse.
Une photo va faire resurgir un instant figé et joindre avec elle dans mon souvenir les odeurs, les bruits, les sentiments, l’ambiance non pas de ce seul moment, mais de toute l’action qui l’a précédée et celle qui va suivre. Plus belle sera la photo, plus fort sera le souvenir…
Il y a aussi quelque chose que je ne saurais expliquer. Je suis sujet au vertige, mais pour aboutir au cadre que j’ai en tête, je me suis déjà penché au bord d’un précipice, l’œil collé au viseur. La peur du vide étant supplantée par la volonté de réussir ma photo !

L’histoire de Memories of Love
En suivant un petit chemin en surplomb de la mer du côté de la Soufrière à Sainte Lucie, il y avait ce canot un peu abîmé en cale sèche, avec de jolies couleurs qui ressortaient vivement, et ce nom tellement approprié, « Memories of Love ». Je n’ai pas pu résister…

Quelle association d’idée avec celle de la génération précédente (Le long de la côte turque de Cédric Ménard) ?
La côte et les montagnes de la photo de Cédric Ménard m’ont rappelé Sainte Lucie, et le motif du cordage transversal sur le voilier se retrouve sur ma photo. Mais il s’agit simplement d’une corde à linge avec quelques vêtement qui prennent le vent…




L’histoire de Still Standing…
Au sommet de l’Acropole, on trouve le Parthénon, le temple d’Athéna, et beaucoup de piliers et blocs de pierres éparpillés. Et surplombant tout cela, le drapeau grec flotte. Au milieu de cette terrible crise économique qui grève le pays, j’ai trouvé cette image assez forte. Le drapeau surgissant des ruines, la Grèce toujours debout.

Quelle association d’idée avec celle de la génération précédente (Stripes de Laurent Mrn) ?
Le motif des cabines des plages de Cabourg m’a tout de suite interpellé. Ce sont les mêmes rayures que l’on retrouve sur le drapeau grec…

L’histoire de Memorial Day
Memorial Day, aux USA, c’est le dernier lundi de Mai. Durant toute la semaine qui précède, partout dans le pays, on célèbre et on prend soin des soldats des différents corps de l’armée, et encore plus particulièrement des vétérans. Il règne à la fois une atmosphère de recueillement, de respect, et de joie de vivre plus vivace qu’à l’habitude à New York.
Durant ces quelques jours, les drapeaux sont de sortie un peu partout, et les hommages nombreux. Sur le Rockefeller plaza, à la nuit tombée, il y avait une vraie magie à voir ces drapeaux éclairés avec l’immeuble Rockefeller qui les domine. La photo n’est pas parfaite, mais je l’aime beaucoup et j’y retrouve même un peu de cette magie.

Quelle association d’idée avec celle de la génération précédente (Ligne directrice de Jean-Charles Queffélec) ?
La photo de Jean Charles Queffélec est magnifique et très forte. J’ai surtout voulu rester dans cet esprit de recueillement et de respect.

L’histoire de Fin de journée d’été
Trois jours durant, presque à la même heure, sur cette petite route du sud ouest, un faucon volait parallèlement à ma voiture. C’était assez irréel… C’est le troisième jour que je me suis finalement décidé à préparer mon appareil photo, mais c’est un peu compliqué (et dangereux) de prendre des photos en roulant. Et surtout, le résultat est… peu qualitatif !
Le quatrième jour, j’ai décidé de m’arrêter sur ce chemin et d’attendre le faucon. Il n’est jamais reparu, mais en repartant, mon regard s’est arrêté sur cet arbre solitaire, ce ciel superbe avec la Lune qui apparaît au milieu, et une belle lumière rasante qui fait ressortir l’herbe légèrement jaunie… Je n’avais pas vu le faucon, mais je ne rentrais pas bredouille.

Quelle association d’idée avec celle de la génération précédente (L’incendie de forêt de Robert Walgate) ?
Une inversion totale de la composition, mais les mêmes tons de couleurs. Le contrepoint m’a semblé amusant et intéressant.

Share on Facebook