Photo-graphies et un peu plus…

Laure Colmant, dont c’est la première participation, m’a envoyé trois histoires en me proposant de choisir l’une d’entre elles. Mais pourquoi choisir ? C’est d’ailleurs une question que je me pose régulièrement… Les voici donc toutes les trois…

Quelle est la place de la photographie dans votre vie ?
Omniprésente. C’est une histoire d’enfant. Ma sœur et moi avions gagné un appareil photo qu’elle s’est réservé arguant que je ne savais pas l’utiliser, alors que j’adorais cela. Parce que j’avais bien compris que c’était une possibilité de raconter des histoires. Dès que j’ai pu avoir un appareil à moi (un vieux Kodak anglais, à chambre utilisant de vieilles pellicules de 620), j’ai mis mon monde en images. Et je n’ai pas arrêté depuis.

L’histoire de Plongeon
Nous étions en Guadeloupe, sur la plage de Bois-Jolan. C’est une plage où l’on a de l’eau au mollet pendant des kilomètres, parfaites pour les enfants, sans trop de courants. A cette heure là (aux alentours de 17 heures) la lumière devient dorée et c’est un moment idéal pour les photos. Dans l’eau, les zones plus sombres sont des petites dunes de sables couvertes d’herbe marine. Les parties plus claires sont un peu plus profondes, et il n’y a que du sable. Ma dernière passait des heures à jouer, elle grimpait sur un monticule pour « plonger » dans les parties plus profondes. Et ça faisait des grands splasch… Je l’observais depuis un moment, me demandant comment elle arrivait à ne pas se faire mal. A un moment il y a eu ce bateau au fond, la ligne parfaite de son corps tendu, la ligne d’horizon de la mer… j’ai attrapé mon appareil photo. C’est devenu ma photo de vacances. Celle que je regarde quand, au cœur de l’hiver, j’ai besoin d’un bon coup de chaleur.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Notre père est Ouf ! de fx gillibert) ?
La photo précédente représentait des gens jouant sur la plage et j’ai tout de suite reconnu l’eau de la mer Caraïbes. Alors j’ai pensé à ma photo fétiche.

 

L’histoire de Trois petits lutins à la plage
Vacances de Pâques à Tarragone. Il ne faisait pas très beau comme souvent en avril. Nous sommes partis nous promener sur la plage. Comme la pluie menaçait, nos trois filles avaient enfilé leurs imperméables. Elles ont commencé à jouer dans le sable, chacune dans leur coin la moyenne, la grande et la plus petite. Trois petites lutines plantées sur le sable comme des nains dans le jardin. C’était amusant et joli. Il n’y avait plus qu’à prendre la photo.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Poupées dans une vitrine de Céline Loisel)
La photo précédente représentait trois poupées semblables, mais habillées de robes de différentes couleurs, présentées en triangle. C’était comme une évidence.

 

L’histoire de Dans les bras de la justice
J’ai suivi la manifestation contre le CEP. Les manifestations sont souvent l’occasion de prendre des photos intéressantes. Arrivée place de la République, il y avait ce garçon installé dans les bras de la statue, comme dans les bras de sa mère. Le symbole était fort. J’ai posté cette photo sur mon compte Flickr et il se trouve, par le plus grand des hasards, que la maman de ce jeune homme a vu la photo. Et que, toujours par le plus grand des hasards, elle se soit adressée à un de mes amis pour essayer de retrouver la photographe qui était moi. Il m’a transmis son mail et je lui ai envoyé le fichier original.

La connexion avec la photo de la génération précédente (Reine du sable de Gildas Roudaut) ?
En fait, j’aime beaucoup ce jeu des associations. Je regarde les photos des cercles précédents et certaines me renvoient immédiatement à une image que j’ai faite. C’est ce qui s’est passé avec celle-ci. Cette femme, allongée souriante sur une statue de sable, m’a renvoyée au garçon assis confiant dans les bras de la statue de pierre.

Share on Facebook

leave a comment


neuf − 5 =