Photo-graphies et un peu plus…

_DSC4184-72

Le lundi, c’est un peu comme le 1er janvier, on peut décider de prendre de bonnes résolutions pour les semaines à venir, idéalement les mois voire les années. Ainsi, si comme moi, face aux piles de papier noircies entassées en pagaille sur votre bureau, aux idées de projets griffonnées sur des carnets ou notées dans des mémos électroniques, et à celles qui vous traversent l’esprit au moment même où vous écrivez, auxquelles s’ajoutent des todolist en tous genres, vous ne savez pas vraiment par quel bout commencer, de telle sorte que souvent, pour éluder la problématique sous-jacente – votre incapacité à faire des choix – vous vous lancez dans quelque chose d’autre, d’imprévu, ou plutôt de non prévu, alors, ce duo est fait pour vous. (On m’a récemment dit que mes phrases étaient complexes, un peu alambiquées et parfois longues, j’ai failli m’en offusquer avant de réaliser que c’était sûrement un peu vrai, même vrai, ce qu’illustre parfaitement la phrase précédente ! )

Un matin brumeux, alors que, quasi désespérée, je m’apprêtais à nouveau à faire quelque chose d’imprévu pour éviter d’avancer sur quelque chose de prévu, une voix m’a lancé :

- Un grand maître m’a un jour donné la recette de l’organisation optimale. Aujourd’hui, je te la transmets (car vraiment tu fais n’importe quoi !). Es-tu prête ?

- Oui, bien sûr !, vous pensez, la recette de l’organisation, comment passer à côté ?

- Très bien, alors, c’est extrêmement simple ! Tout ce que tu as à faire, tu dois le répartir selon quatre catégories : le urgent et important, le urgent et pas important, le pas urgent et important, le pas urgent et pas important. Si tu préfères le mot « vital » à celui d' »important », remplaces. L’important est que ce mot te parle et incarne le moteur de ton action. Comme tu le sais, tout est une question d’équilibre dans la vie : si tu passes tes journées à faire des choses pas urgentes et pas importantes, tu vas vite te lasser et avoir l’impression de ne pas avancer (en plus de te leurrer) ;  si tu passes tes journées à ne faire que de l’urgent mais pas important, comme peut l’être la gestion du quotidien par exemple, kif kif. Donc, écoute bien ce que je vais te dire : tu dois évidemment commencer par ce qui est urgent et important, et enchaîner avec ce qui est urgent et pas important, mais, pour ne pas avoir l’impression de te laisser emporter par une vie dont tu ne maîtrises ni le rythme ni le contenu, il faut que tu t’autorises à glisser entre ces deux catégories du « pas urgent et important » – des projets personnels à moyen ou long terme par exemple – : c’est absolument essentiel même si, sur le moment, tu penses que ça n’est pas le moment !

J’ai évidemment tout pris en note, pensant voir poindre mon salut prochain, quand tout à coup, une ombre est venue m’assommer :

- Ok, urgent et important, urgent et pas important, pas urgent et important, pas urgent et pas important, j’ai bien saisi, c’est très clair. Mais comment fait-on pour déterminer dans quelle catégorie entre tel ou tel projet quand on a l’impression qu’ils sont tous urgents et importants ?

Sur cette question à double tranchant, la voix, non sans avoir toussoté quelques secondes, m’a alors répondu : « Et bien cela, toi seule peut le savoir ! »

Autant vous dire que je me suis lancée dans un autre projet. Imprévu bien entendu…

Share on Facebook

Typiquement, une photo de route. Non, de train. Non, de route. Je ne sais plus. Je ne me souviens plus que de cette sensation éprouvée d’un équilibre naturel formé par ce trio : l’arbre, fragile mais résistant, sur la crête d’une colline désertée sauf par la broussaille ; un nuage tentaculaire et temporairement protecteur ; un astre solaire irradiant, à la fois menaçant et salutaire, autour duquel nous tournons en pensant que c’est lui qui tourne en rond… Le dialogue entre ces trois éléments me saute aux yeux. Comme une évidence.

Et c’est sur cette évidence que j’achève ce deuxième Tour du soleil en duos. Deux ans donc que je poste quotidiennement quelque chose. Ce qui commence à faire un paquet de choses. Et comme avec tout paquet de choses, deux options se présentent : soit on les oublie en les mettant dans un coin (et un coin virtuel ne prend pas beaucoup de place contrairement aux cartons), soit on essaye d’en faire quelque chose… La première est plus facile, mais invite à se poser une question : à quoi bon cette discipline quotidienne si ce n’est pour aboutir à « quelque chose » ? C’est une vraie question : ce que l’on fait doit-il avoir un but autre que celui de le faire, sur le moment, sans se projeter plus loin ? Par exemple, si je n’essayais pas de sélectionner quelques duos sur les 730 présents sur ce site et d’en faire un livre, par exemple, serait-ce ne pas aller au bout de la démarche initiée il y a deux ans ? Je ne sais pas. Mais j’ai envie d’essayer. J’entends souvent : « Qui ne tente rien n’a rien ! » ou « Tu (un « tu » général) n’as rien à perdre ». C’est totalement vrai, et pourtant, ça n’aide pas toujours.

Ce qui m’aide à rêver ? Le fait qu’il y ait vraisemblablement (c’est les stats qui le disent) une moyenne de 300-350 visites par jour sur ces pages, avec des pics rarement compréhensibles et des bas tout aussi obscurs… Cela a donc peut-être un sens de rêver et j’en profite pour vivement remercier cet auditoire en grande partie invisible. Alors, voilà, c’est décidé, je vais faire un tri. Et le tri prend du temps. Et ces duos prennent du temps. Et en même temps, je n’arrive pas à me résoudre à arrêter. Donc, je ne sais pas ce qui va se passer dans les prochains jours. Peut-être des photos et une légende bien sentie. Quelque chose de non systématique. J’ai plein de choses en rayon : un carnet de bord phototextuel réalisé sur un mois de préavis, une série de photos sur l’engagement social et politique des citoyens de Berkeley par l’intermédiaire de leurs fenêtres, des traversées continentales où tout finit par se mélanger… Ce sont rarement les projets qui manquent. Mais le temps. Or pour avoir du temps, il faut donc savoir s’arrêter, pour pouvoir le remplir avec autre chose. C’est très subtil le temps. Il faut sûrement une vie entière pour commencer à comprendre comment il fonctionne. Avant la fin, on ne fait que tâtonner, se laisser balloter… Et après, et bien, c’est trop tard !

En attendant, j’ai donc fait un double nœud. Mes chaussures sont bien attachées. Je peux avancer sereinement. Notamment vers un projet que je co-mène avec Kristophe Noël depuis novembre : Médyn. Le premier numéro de ce magazine de créations contemporaines devrait bientôt être diffusé sur la toile et trouver un écho écho sur ce site.

Bon allez, à demain ! Ou après-demain après tout !

PS : le premier Tour du soleil en duos est toujours visible ! Le deuxième arrive bientôt sous la même forme.

Share on Facebook

Cela rappelle quelque chose à certains ? Objectif_3280, le projet photographique participatif qui a secoué la planète en décembre 2010 et juin 2011 ! Si, si… Une première mondiale ! L’idée était de mettre en commun nos imaginaires, où que nous soyons, pour créer une œuvre photographique inédite et collective fondée sur des associations d’idées. Cela a bien eu lieu : plus de 450 personnes (il faudrait recompter, en vrai) vivant dans 35 ou 36 pays ont participé à ces deux éditions.

Grâce à Coralie Vincent, maître d’œuvre technique de ce projet, vous pouvez désormais (re)découvrir les histoires créées lors de ces deux éditions sur une seule et même page. On a plusieurs fois comparé Objectif_3280 à de la poésie. Aussi ai-je appelé ces histoires, des photopoèmes. Ils sont composés de huit échos légendés au maximum, un pour chaque génération. Il y en a eu 728 pour l’édition n°1 et 695 pour l’édition n°2. Cette nouvelle présentation offre un autre regard sur ces deux premières éditions très différentes l’une de l’autre, mais tout aussi riches, étonnantes et émouvantes. Le chargement de toutes les photos peut être long, donc, merci de vous armer de patience…

Pour compléter, voici les deux éditions en mosaïque ou comment reconstituer l’image d’origine à partir de toutes celles qui en ont découlé…

Share on Facebook

Et voilà, après un petit mois fort en émotions, la 2e édition d’Objectif_3280 est arrivée à son terme… 538 échos ont été postés pour cette 8e et ultime génération, ce qui porte à 1 310 le nombre de photos recueillies depuis le 1er juin et toutes liées les unes aux autres par des associations d’idées parfois limpides parfois obscures… Malheureusement, quelques branches se sont arrêtées plus tôt. On aurait aimé donner une suite à toutes les images proposées, mais ainsi va la vie… Il me semble néanmoins que les racines et les branches tentaculaires de ce 2e arbre écho-photographique sont désormais bien ancrées dans la terre, prêtes à pousser d’une manière ou d’une autre. Les chaînes et histoires créées par les 252 participants de 18 pays sont de petites merveilles (si, si) ! Merci chaleureusement à tous ceux qui y ont participé (on se parle bientôt) ainsi qu’à ceux qui l’ont suivi à distance (je ne peux que vous deviner)…  Merci à ceux qui se sont prêtés au jeu de « Perchée, sur une branche avec… » (j’en ai encore deux à poster et la boîte aux lettres reste ouverte) et qui ont bien voulu partager leurs souvenirs, leurs histoires, leurs idées, leur vie… Maintenant, il va falloir penser à l’exposition ! Tout cela est vraiment très loin d’être fini !

Share on Facebook

La 6e génération d’Objectif_3280 est  lancée avec toutes ses branches ! Contrairement à la première édition de décembre, nous n’avons pas eu recours à un 2e écho par personne ce qui constitue une petite satisfaction… Pour cette avant-avant-dernière génération, nous devons recueillir 243 images en réponse aux 81 de la précédente… Il y a donc un paquet d’idées à proposer ! Rendez-vous donc directement sur la présentation de l’arbre écho-photographique en planche contact pour participer ! Prochaines étapes : 729 puis 2 187 échos !

Et puis, toujours, chaque jour, une rencontre avec plusieurs participants à travers « Sur une branche, perchée avec… »… De magnifiques témoignages à découvrir…

A très bientôt sur l’arbre !

>>>>>>>>

Sixth generation is launched with all its branches! And this time, we did not need to use our joker by allowing a second picture per person. So, it is really a great satisfaction… For this generation, we have to gather 243 echoes to the 81 previous images. The tree is waiting for your ideas… To participate, please go to the contact sheet presentation of the echo-photographic tree. It will be easier… For the new ones, do not hesitate to read the presentation of Objectif_3280 and its rules… Next steps: 729 then 2 187 echoes!

And still, everyday, a short interview of two or three participants through « on a branch, perched with… » (Sur une branche, perchée avec). Beautiful testimonies…

See you soon on the tree…

Share on Facebook

(English version below : please, scroll down)

C’est parti pour la 4e génération d’Objectif_3280 ! 27 photographies sont à proposer en écho aux 9 images de la génération 3 très vite complétée à nouveau. Côté écho-munauté, on reste majoritairement, pour ne pas dire exclusivement, en France mais cela devrait vite s’ouvrir aux voisins proches ou lointains ! Mais, pour l’heure, vous pouvez déjà choisir la photo à laquelle vous ferez écho en vous rendant sur l’arbre écho-photographique.

Objectif_3280 : une idée originale de Lou Camino développée par Coralie Vincent

>>>>>>>>

The fourth generation of Objectif_3280 is now open! 27 pictures have to be suggested to answer to the 9 echos of the second generation who, once again, was completed very quickly. As for the echo-munauty, it is predominantly in France but should open itself to close and far neighbours. But, for the meantine, you can already choose the picture to wich you want to give an echo : visit the echo-photographic tree!

Objectif_3280, an original idea of Lou Camino, developed by Coralie Vincent.

Share on Facebook

Une bouture diraient certains, voire une transplantation… Céline Blin, qui avait activement participé à Objectif_3280 en décembre dernier et qui est professeur de français dans un collège toulousain par ailleurs, nous a contactées Coralie Vincent et moi, pour savoir si elle pouvait en lancer un avec deux de ses classes de 3e. Son projet ? Instaurer un dialogue photographique entre les élèves de ces classes partis en voyage scolaire à Barcelone et ceux, non hispanisants, restés sur Toulouse. Réponse immédiate : évidemment ! Après certains ajustements informatiques, son arbre, qui prévoit 5 générations, a donc pris vie hier et se porte bien pour le moment… La 2e génération est déjà complète. Merci à elle et à ses élèves de permettre à ce projet participatif de prendre une autre tournure ! C’est une réelle satisfaction pour nous ! Et pour information, une deuxième édition d’Objectif_3280 devrait être lancée en mai-juin…

Share on Facebook

Et voilà, avec La lectrice, cela fait un an jour pour jour que j’ai initié ces petites rencontres quotidiennes entre une photographie et des mots, et vice versa. L’ordre dépendant des jours, de l’humeur, du temps… Au départ, il y avait donc une envie : celle d’exhumer des photos bien rangées dans des dossiers et de leur inventer une vie, courte ou longue. Puis un défi, ou une contrainte : le faire chaque jour, sans exception, pendant 365 jours. Le plus difficile, avec un site, n’est-il pas de l’alimenter régulièrement ? Alors, voilà, je lui ai donné à manger. Tous les jours. Même en vacances, en voyage, où dans des coins reculés où il fallait faire comprendre que poster ce duo était vraiment important, et de fait, réussir à trouver une connexion… qui marche…, même pendant Objectif_3280… J’ai essayé de le faire avec sérieux, toujours beaucoup de plaisir. Allez, avouons-le, il est certains jours, où à 23h32, j’aurais bien voulu dormir au lieu de commencer le duo du jour qui allait m’emmener à 1h du matin…

Mais une contrainte est une contrainte ! Et il est important de respecter ses engagements. Engagement auprès de qui ? C’est une bonne question, ce qui se passe derrière chaque écran m’étant totalement inconnu. Toc, toc, toc, y a quelqu’un ? Donc, engagement auprès de moi d’abord. Et, je me dis que c’est déjà pas mal. Et si certains ont fait de la lecture de ces duos un petit rendez-vous, qu’il soit quotidien, hebdomadaire ou épisodique, j’en suis sincèrement touchée. Merci à vous, ainsi qu’à ceux qui m’ont donné l’impression d’attendre le jour d’après pour savoir où il allait nous emmener. C’était extrêmement agréable ! Le ton que j’emploie ici pourrait faire croire que je vais m’arrêter là. A vrai dire, je ne sais pas. Une partie de moi se dit qu’il serait stupide d’arrêter en si bon chemin – ni les photos ni les histoires ne manquent et 365 duos, c’est un symbole, rien de plus -, une autre que ce serait l’occasion de passer à autre chose ou, du moins, de se donner plus de liberté… La réponse devrait arriver assez vite !

En attendant, depuis quelques jours, j’essaye de connecter tous les articles les uns aux autres, par le biais d’un mot. Un mot rouge. Ainsi sera-t-il possible, d’ici quelques jours – la tâche n’est pas aisée -, de passer les 365 duos en revue en partant de n’importe lequel d’entre eux. Si l’objectif n’a jamais été, au cours de cette année, de créer quelque chose de construit, de logique ou de suivi (dans le propos), mais de répondre à l’envie du moment, il en est de même pour ces filiations artificiellement créées quand bien même des associations d’idées – décidément très chères à mon esprit – les lient… Ce n’est, ni plus ni moins, qu’une invitation à (re)parcourir, d’une autre façon, un chemin qui a déjà été tracé…

Share on Facebook

(English version below)

Et voilà, l’aventure touche à sa fin. Nous entrons dans la dernière phase d’Objectif_3280 : la 8e génération. La G6 et la G7 n’ayant pas été complètes, les 3 280 images ne seront pas atteintes, mais peut-être était-ce un objectif trop ambitieux pour une première fois, qui plus est, intégrant une période de vacances ? L’un reste tout à fait à notre portée : 2011 ! Ce qui serait finalement assez amusant !

La génération 8 est donc lancée, avec 1 272 échos à proposer (1 154 maintenant) et plus de 260 participants venant d’une douzaine de pays dans le monde ! Elle prendra fin, ainsi qu’Objectif_3280, le mardi 28 décembre à pas d’heure. Espérons que cette ultime génération suscitera autant l’intérêt que les précédentes, malgré les vacances de Noël…

Au fil des jours, cet arbre qui n’était pas généalogique au sens propre, a fini par le devenir, chacun entraînant ses enfants, parents, cousins, cousines, oncles et tantes dans l’aventure. C’est une très belle évolution pour ce projet…

A nouveau, rendez-vous directement à la présentation en planche contact pour visualiser l’ensemble simplement et poster vos échos.
Et n’hésitez pas à aller vers le bas de la page… Il y a de belles images qui méritent des échos à tous les étages d’Objectif_3280 !

A bientôt sur l’arbre… pour la dernière fois !

>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Here it is, the adventure is ending. We are entering the last step of Objectif_3280: the 8th generation. As G6 and G7 were not entirely completed, we wil not reach the 3 280 images of the title. It was maybe a too high goal for a first experience, including holidays… One objective remains possible: 2011! Which would be quite fun, actually…

The 8th generation is now launched, with 1 272 echoes to post (1 154 now) and more than 260 participants from a dozen countries! It will end on Tuesday, the 28th of December, so will Objectif_3280.
I hope this last generation will interest a maximum of people, despite the Christmas holidays…

With days, this tree which was not thought to be genealogic, became so. A kind of game where children, parents, aunts and uncles, cousins and cousines could gather whatever the distance between them. This is a very sweet evolution of the project…

One more thing: go directly to the contact sheet presentation here is the address to visualize the last two generations.
And do not hesitate to start looking for your picture from the bottom of the page… There are beautiful images who deserve to have echoes at every levels of Objectif_3280!

See you soon on the tree… for the last time!

Share on Facebook

(English version below)

Voilà, la 6e génération d’Objectif_3280 est finie et la 7e a aussitôt pris le relais ! 238 échos ont été proposés aux 81 de la 5e génération. A 4 échos près, la G6 était complète ! Nous partons donc pour la 7e génération avec 717 échos à poster ! Un très beau nombre !

L’arbre grandissant, je conseille à tous, nouveaux comme anciens, d’aller directement sur sa présentation en planche contact pour poster vos deux photos. Ce sera nettement plus simple ! Vous aurez le loisir ensuite d’aller sur l’arbre écho-photographique et sur la présentation d’Objectif_3280. La Génération 7 est l’avant dernière étape de ce projet photo collaboratif un peu fou mais terriblement excitant et riche en émotions ! Je me souviens, ce n’était il n’y a pas si longtemps…  Le 3 décembre exactement, je postais la 1re photo. Trois personnes y ont répondu, formant ainsi la 2e génération. Puis, 9 personnes ont répondu à leurs trois échos (la G3)… Et de trio d’échos en trio d’échos, tous liés entre eux par une association d’idée, nous sommes arrivés à cette 7e génération. Entre ces deux instants, près de 200 personnes différentes venant d’une douzaine de pays ont mis le pied sur l’arbre… C’est déjà incroyable, mais il en faut encore plus ! Voyons grand et loin !

Donc, j’espère à très bientôt sur l’arbre !

>>>>>>>>

Here it is, the 6th generation of Objectif_3280 is over and the 7th has just began. 243 echos had been suggested to respond to the 81 of the 5th’ one. Only 4 were missing to complete the generation. Now, for this 7th generation, we need 717 echos. A great number!

The tree growing up, let me advise you to go directly to its contact sheet presentation to post your echo. That will be simpler for everyone. After, free to you to go and see the whole tree and the presentation of Objectif_3280. The 7th generation is the last but one generation of this little bit crazy but terribly exciting collaborative photo project. I remember, a few days ago. The 3rd of December exactly, I posted the first image. Three persons answered to it and created the 2nd generation. Then, 9 persons responded to their 3 echoes (G3)… From trio of echoes to trio of echoes, all linked together by associations of ideas, we have reached the 7th generation. Between these two moments, more than 200 different people coming from a dozen of countries entered the tree. It is already incredible, but we need more! Think big and far!

See you on the tree!

Share on Facebook