Photo-graphies et un peu plus…

_DSC6531-72

Cela peut arriver n’importe où, n’importe quand, et même à n’importe qui… Tout d’un coup, alors que vous êtes tranquillement en train de dérouler un récit palpitant à votre camarade de marche, c’est le trou noir complet. Le blanc total. Vous ne savez plus ce que vous deviez dire, vous ne savez plus où vous vouliez en venir, vous avez beau chercher, vous avez perdu le fil de votre pensée. A fortiori, de la discussion. Petit aparté : il est assez paradoxal, quand on y réfléchit un tant soi peu, que l’absence momentanée – celle de l’oubli – soit à la fois associée au noir et au blanc, que l’on a plus souvent tendance à opposer.

Savez-vous ce qui se passe en réalité dans ces moments-là ? Vos pensées sont en fait attrapées au vol par ces reflets lumineux jaillissants des fenêtres – ces fameux « blancs » – qui donnent cette étrange sensation que les immeubles nous envoient des clins d’oeil. L’amnésie est diversement longue ou courte, et ne dépend d’ailleurs pas de vous, mais du soleil. S’il est présent ou absent. Et, telle une porte magique, dès que le reflet se referme sur lui-même, – parce qu’il n’y a plus de rayons par exemple – les idées en suspens s’extirpent du grand blanc et regagnent idéalement ceux qui les ont émises s’ils sont encore dans les environs. A défaut, elles viennent alors traverser l’esprit de personnes passant par là et qui ne comprennent pas, pourquoi, tout d’un coup, elles se mettent à penser au Jardin des Tarots de Nikki de Saint Phalle en Toscane alors même qu’elles n’en ont jamais entendu parler !

Share on Facebook

Hep, vous, là !

Share on Facebook

L'espionne qui venait du haut

Se trouve, assez logiquement, à la lettre M de mon dictionnaire encore embryonnaire de néophotologismes. La mascaron-surveillance n’est ni plus ni moins que l’ancêtre de la vidéo-surveillance. Il reste encore quelques-unes de ces figures ornementales fidèlement accrochées aux façades d’immeubles relativement nobles. Elles avaient pour fonction principale d’éloigner les mauvais esprits et la particularité de vous suivre du regard partout où vous alliez. Leurs globes oculaires étaient ensuite directement reliés à une carrière de roches métamorphiques où des stagiaires sous-payés étaient chargés, en temps réel, de graver vos faits et gestes de passage sur une ardoise, avant de les transmettre à l’équipe des mascaronthéquaires. A eux de les ranger méticuleusement, par date, lieu et action, sur d’interminables et solides étagères d’une pièce aussi grande qu’un hall de gare. La réglementation imposait de les conserver en l’état pendant 72h et, si elles n’étaient pas réclamées, pour vérification, par la police ou bien par vous-même, de les transformer en tuiles à l’issue de ce laps de temps. La lourdeur du dispositif n’a évidemment pas survécu à l’arrivée des écrans et des caméras miniaturisées et, progressivement, elles ont toutes été désactivées. Mais les masques ne sont pas tombés pour autant, et force est de constater que se retrouver, encore aujourd’hui, dans leur champ visuel ne laisse jamais de marbre !

Share on Facebook

Les grimplantes

Share on Facebook

Chemin de croix

Share on Facebook

Variation sur une ouverture

Share on Facebook

Recoller les morceaux

Share on Facebook

On dirait une peau de serpent aplanie voire un gros plan de nanotube de carbone… Mais le rectangle bigarré dans le premier tiers de l’image vient bousculer le quiz pictural. C’est beaucoup plus simple que cela ! Une serviette de bain, séchant sur un garde-corps sinueux. Et trois étages au dessus, les seuls rescapés d’une catastrophe sans précédent perdus sur une façade tour à tour captivante, mystérieuse et aussi belle qu’effroyablement monstrueuse. Du fait de sa taille, partiellement montrée, mais aussi de la répétition systématique et abusive d’un motif devant manifestement rappeler le va-et-vient permanent des vagues de l’océan Pacifique sur le sable chaud de Waikiki sur lequel elle est plantée, et enfin du fait de la froideur que cette combinaison dégage. Cette façade fait face au paradis supposé – palmiers, eaux turquoises, sable fin, soleil – , mais plus je la regarde, plus je lui trouve des allures de purgatoire et plus j’en viens même à douter de l’humanité de ces deux-là ?

Share on Facebook

Share on Facebook

31. Votre âge. 50 000. Votre apport initial, loin d’être une bagatelle. 30. La durée de l’emprunt, en années. 3,6. Le taux d’emprunt. 11. Un arrondissement parisien ni trop chic ni trop choc. 285 000. La valeur d’un bien actuellement sur le marché. Après de savants calculs effectués par l’illusionniste des pépites, cette valse de chiffres vous conduit à la modeste mensualité de 1 068 euros. Somme dont vous ne serez autorisé à vous acquitter que si vous gagnez le triple, à savoir plus de 3 000 euros par mois, soit 50% de plus que le salaire moyen des Français (ce qui n’a pas grand sens, nous sommes d’accord…). Un sacré pactole donc.

Heureusement, à l’issue de ces 30 années, alors que vous fêterez votre 61e anniversaire et que vous guetterez la retraite du bon oeil, rêvant de mois où votre pension ne sera enfin plus amputée de votre remboursement immobilier, vous serez l’heureux propriétaire d’un… studio de 31 m² Loi Carrez situé au 5e étage d’un immeuble d’une jolie petite résidence, avec, veinard que vous êtes, une grande penderie dans l’entrée (si, si, je vous assure !), un balcon exposé Sud et même un coin cui-si-ne… A votre âge, vos parents s’étaient aussi endettés à vie. Mais pour une belle maison et un jardin, ou du moins, un grand appartement pouvant accueillir plusieurs personnes et équipé d’une vraie cuisine avec une table et des chaises au milieu, autour desquelles vous pouviez tourner. Qu’a-t-il bien pu se passer pour que nous arrivions à un tel non-sens, à une telle absurdité et surtout, qu’elle soit encore alimentée ? « Au gagne petit », c’est gravé dans la pierre de cet ancien grand magasin populaire… Une bonne blague du 20e siècle lancée à la façade de notre nouveau millionnaire… pardon, millénaire !

Share on Facebook