Photo-graphies et un peu plus…

_DSC5560-1-72

« Je fais remonter l’information » me lance-t-elle très sérieusement au téléphone alors que je lui fais part d’un dysfonctionnement du service. N’est-ce pas étrange, comme expression, « faire remonter l’information » ? Comme si, pour l’heure, ladite information n’était qu’en bas. Est-elle tout simplement en train de me dire qu’elle travaille en sous-sol et que ceux qui sauront quoi faire de cette précieuse information sont à des étages plus élevés ? Et en quoi le fait d’être en hauteur les aidera à la traiter mieux qu’elle ? Mon information, je l’imagine déjà griffonnée sur un bout de papier, roulée en boulette – ce n’est pas un roman non plus – et mise en boîte par l’opératrice qui la pose délicatement sur un siège de remontée mécanique à informations, au côté d’autres boites, afin qu’elle soit récupérée, à l’issue d’un parcours assurément kafkaïen, par les hautes sphères décisionnaires. Et maintenant que mon information est bien remontée, j’espère surtout que personne ne se mettra en colère !

Share on Facebook

1 comment

Ludovic

juin 1st, 2018

Bien vu, la remontée mécanique des informations, haha ! C’est sûr que Kafka aurait bien des choses à écrire sur notre époque… Par exemple, que les informations d’en bas « ne sont rien » (comme les gens d’en bas, évidemment), alors que les informations d’en haut concernent tout le monde ! Tiens, ça donne envie de revoir le « Brazil » de Terry Gilliam, aussi… ;)

leave a comment


neuf × = 54