Photo-graphies et un peu plus…

Stupeur et tressaillement ! Le Pont des Arts, jadis léger comme l’air, croule désormais sous le poids de l’amour cadenassé. Il aura donc suffi d’une année et un peu plus pour que la mode lancée au Pont de l’Archevêché descende le courant et prenne d’assaut son cousin grillagé, QG reconnu de contemplation des beautés de la ville lumière. Les cadenas de l’amour s’y sont donc multipliés, comme des petits pains, côté promenade et parfois même côté Seine quand la place venait à manquer. Mais, parmi ces preuves de bons sentiments laissant entrevoir un monde rose bonbon, la réalité reprend parfois du terrain, donnant ainsi raison aux Rita et à leur chanson… Car, oui, « les histoires d’amour finissent mal, en général »… Deux mots sur lesquels se cristallisent tous les espoirs des amoureux malgré une introduction décourageante, que reprendra peut-être en chœur ce jeune homme à la barre.

Pour lui, l’amour n’est plus. Les traces de cet amour doivent de fait disparaître. A l’instar de ce cadenas qu’il avait accroché avec sa dulcinée en pleine lune de miel. Mais le bougre avait anticipé la potentielle tempête et, contrairement à beaucoup de couples pétris d’illusions, et avait opté pour un cadenas à combinaison. Ainsi se disait-il que lorsque les mauvais jours annoncés viendraient, il n’aurait pas à se procurer une pince disproportionnée pour briser les fers de l’amour. Quatre petits chiffres lui suffiraient à se libérer de ce qui serait désormais un boulet. Encore fallait-il les retenir… Ce qui n’était visiblement pas le cas au vu des dizaines de tentatives de décodage qu’il venait d’enchaîner… Voilà ce qui arrive lorsque l’on veut rayer un peu trop vite de sa mémoire une partie de son passé…

Share on Facebook

leave a comment


quatre × = 32