Photo-graphies et un peu plus…

La réponse est oui, tous ces points de couleur sont des chewing-gum ! Et oui encore, ils sont bien collés sur des pans de murs entiers… Et oui enfin, c’est totalement dégoûtant ! On ne peut s’empêcher néanmoins d’être, beurk, fasciné par ces gommes mâchouillées par des centaines de milliers de dents appartenant à des bouches baveuses de visiteurs d’un jour ou de toujours, et collées les unes sur les autres, les unes à côté des autres, les unes dans les autres… Beurk bis repetita. Le Gum Wall, c’est son nom, est ainsi l’une des curiosités touristiques les plus pathogènes de Seattle. Et probablement du monde. J’étais prévenue. Même si sceptique. J’avais des instructions pour le trouver. Encore qu’un odorat un peu fin aurait probablement permis de repérer d’assez loin l’odeur artificielle si caractéristique de ces machines à produire de l’air…

On s’en doute à voir, ou plutôt, à ne plus voir le mur, la tradition ne date pas d’hier. Les petites boules s’entassent ainsi depuis 18 ans ! Nous allons bientôt pouvoir lancer des recherches archéologiques d’un nouveau genre ! Et une carotte de chewing-gum, s’il-vous-plaît, une ! « Hum, celui-ci remonte à 2002. En analysant ces poussières trouvées au milieu, je peux même affirmer qu’il a été collé sur le mur le 12 novembre… Quant à l’analyse ADN, elle nous révèle que le mâcheur était blond et qu’il n’avait probablement plus sa 2e prémolaire droite (déduction de la trace des dents laissée sur la gomme, aucun rapport avec l’ADN). » Pour la petite histoire, car on n’accroche pas son chewing-gum sur un mur, comme ça, sans raison, le dit mur appartient à un théâtre, dont on voit, beurk ter, encore, le guichet… Attention où vous posez vos affaires quand vous prenez une place ! Un jour d’attente un peu longue, un futur spectateur a eu une idée de génie (Seattle, c’est écrit noir sur blanc dans les guides, est une ville d’inventeurs de génie… Microsoft est né là, Starbucks aussi… je cite leurs exemples… reste à définir le génie… bref…)… L’idée de génie donc : « J’en ai marre d’attendre. Et si je créais un mur de chewing-gum, tiens ! Ce serait beau et tellement absurde et insensé que tout le monde me suivrait ! » Il avait raison sur la 2e partie de l’assertion… Pour la première, il faut simplement faire abstraction de la réalité, ce qui n’est pas tous les jours facile, il faut bien l’admettre. Voilà, des gens ont ainsi commencé à coller leur chewing-gum, en y coinçant une petite pièce jaune (pas d’opération de récupération pour l’instant), alors qu’ils faisaient (im)patiemment la queue devant le théâtre. Théâtre qui a nettoyé le mur à deux reprises, avant de laisser la nature masticatoire de l’homme faire son travail devant le succès grandissant de l’œuvre d’art collaborative. Et même de l’encourager en vendant lui-même des boules de gomme à mâcher bigarrées… Hé, on est en Amérique !

Share on Facebook

1 comment

Sophette

avril 21st, 2011

C’est beurk mais finalement fascinant… Sur tous les plans…
Scientifique : l’addition de tous ces ADN nous donne-t-elle l’ADN de l’Homme et faut-il en envoyer une carotte dans l’espace pour la préservation de l’espèce humaine?
Sociologique : bien plat, en creux, en filet… La technique d’ėcrasement de la gomme à mâcher correspond-elle à des sociotypes bien déterminés? Dis moi comment tu colles ton chewing gum et je te dirais qui tu es?
Économique: est ce là que réside la recette du chewing gum parfait et universel ? Malabar, Hollywood, et autres viennent-ils décompter le nombre de chewing gums collés -et donc vendus- avant de publier leurs résultats annuels et distribuer des dividendes à leurs actionnaires? Le nombre de briques encore visibles est-il un baromètre de la santé du marché mondial du chewing gum? La société internationale des dentistes a-t-elle sponsorisé l’oeuvre et peut-il y avoir conflit d’intérêt?
Ethnologique : peut-on savoir à la couleur et à la texture de la chose de quel continent vient son ancien propriétaire?
Sanitaire: l’addition de tous ces microbes est-elle la recette du vaccin universel? Passer à proximité du théâtre présente-t-il un risque d’exposition chimique dangereuse ?
Si vous cherchiez un sujet de thèse, merci d’envoyer un euro à sophette la stroumphette. Et vive le mâchonnage…

leave a comment


− 1 = quatre