Photo-graphies et un peu plus…

Enigme chocolatée

J’ai deux nouvelles à vous annoncer. Une bonne et une mauvaise. Malheureusement, elles vont souvent de pair, comme si le bonheur ou le malheur ne pouvaient se suffire à eux-mêmes, ce qui, à bien y réfléchir n’est pas forcément une mauvaise loi… Bref, commençons par la mauvaise, nouvelle : ce lieu va bientôt fermer ! Non, non, il ne s’agit pas de la caverne d’antiquités de plomberie que j’évoquais l’autre jour, même si elle en a certains attributs… La bonne nouvelle maintenant : tant qu’il n’a pas fermé, par définition, ce lieu est toujours ouvert ! Il est donc toujours temps de le découvrir…

Petit avertissement avant d’aller plus loin : celles et ceux qui n’ont pas un faible certain voire un certain faible pour le chocolat – si, si, elles et ils existent ! – peuvent stopper net leur lecture, car à partir de maintenant, c’est de cette fève de cacao qu’il va s’agir… Bien sûr, on y sert aussi, avec une extrême gentillesse, du café, toutes sortes de thés et de délicieuses tartes aux saveurs épicées, mais c’est définitivement pour son chocolat chaud, sobrement appelé « chocolat chaud », que la foule avertie s’y presse… « Le meilleur de la capitale » pour d’experts gosiers rompus à l’exercice comparatif de cette boisson réconfortante par tous temps !

Mais l’enchantement commence bien avant que les petites tasses n’arrivent sur les tables rondes et que la moindre goutte de la sirupeuse potion magique y soit versée… Dès la vitrine, on fond ou on file. Au fond de l’antre plongé dans la semi-obscurité où veillent, entre autres choses, d’innombrables figurines mutines en papier mâché et miroirs vieux comme le temps, légèrement déconnecté par le chocolat en intraveineuse, on les voit ces visiteurs de passage coller leur nez  à la vitre, plonger leur regard dans ces deux petites salles en enfilade au charme suranné et pleines d’êtres dans un état second. Une place ? Des sourires béats s’échangent entre les tables des élus venant d’ici mais surtout d’ailleurs, du liquide noirâtre sèche tranquillement sur les babines des plus jeunes… Plus de trente huit ans que les murs absorbent la vie qui passe en leur cœur ! Ce sont toutes ces histoires que l’on capte aujourd’hui et que l’on ressent d’autant plus que le temps est venu pour la fée locale de se retirer… Quelle chance d’avoir été menée en ces lieux ! Ayant mis l’eau à la bouche à quelques-uns d’entre vous peut-être, il serait vraiment désobligeant de ma part de ne pas révéler où se tortiller de bonheur ainsi. Alors, quelques pistes : c’est au 24 d’une rue parallèle au courant, où le chocolat se vend plus souvent glacé, face à une église haute, sur un haut lieu de la fraternité pendant la révolution française et au nom qui est à la fois un couvre-chef, un prénom et un gâteau. Dernier indice : la devanture est verte ! Alors, vous avez trouvé ?

Share on Facebook

leave a comment


sept × 8 =