Photo-graphies et un peu plus…

La PPR

Après la PPF (aka, la photo pa(s/r)faite), voici la PPR, c’est-à-dire, la photo presque réussie… Cette double casquette lui confère une place particulière. La partie « réussie » pousse en effet à la conserver, tandis que la partie « presque » incite à ne pas réellement l’utiliser. A quoi sert-elle donc ? Pirouette, cacahuète, deuxième chance pour celle-ci, à l’américaine, je la transforme ici-même en exercice de style, ce qui me permet de l’exploiter tout en reconnaissant ses limites.

A l’origine, je suis là pour l’arbre, enfin, les deux arbres plutôt, ce que l’on ne voit pas tout de suite si l’on se concentre en premier lieu sur le feuillage qui semble ne faire qu’un tout. Seulement, voilà qu’en visant, je sens entrer ce couple de cyclistes dans mon champ visuel. C’est très furtif. La répétition des motifs m’attire spontanément et je déclenche rapidement car je sais qu’ils vont bientôt sortir du cadre naturellement désaturé. Résultat : ma photo n’est pas droite. Si si, elle penche un peu regardez. Or, sans être une psychorigide de l’horizon, je suis relativement attachée au niveau. Je pourrais redresser l’image et vous n’y verriez que du feu (curieuse expression que celle-ci par ailleurs, tant il me semble difficile de passer à côté d’un feu). Mais malheureusement, mon cadrage serré ne laisse pas trop l’opportunité de rétablir l’équilibre de cette scène sauf à crever des pneus ou a raboter les cimes, ce qui serait totalement contreproductif pour mon karma. Seule option : l’accepter telle qu’elle est, avec ses qualités et ses défauts…

Share on Facebook

1 comment

mars 17th, 2018

En effet, ça penche. Et c’est un peu dommage. Mais juste un peu. Car, il est vrai qu’au delà des ses défaut, elle est plutôt jolie et agréable à l’oeil, cette photo. Et comme, au final, c’est l’essentiel, ben, du coup, y a pas à tergiverser. En photo, comme en tout (AMHA), le mieux est souvent l’ennemi du bien. J’ajouterai, en outre qu’à trop vouloir rechercher la perfection en toute chose on passe souvent à côté de l’essentiel.

merci pour le partage de cette photo, ces arbres méritaient effectivement qu’on y pose notre regard.

leave a comment


3 × = vingt un