Photo-graphies et un peu plus…

J’ai vu cette image avant de la faire. Non qu’elle ait déjà été prise par quelqu’un d’autre ou que je l’aie rêvée, je l’ai tout simplement visualisée avant qu’elle n’existe. Et ce, de façon aussi instantanée que très claire. J’ai vu les gouttes d’eau se transformer en filets blancs venant strier l’image sur toute sa longueur donnant ainsi l’impression de l’improbable – une ondée par temps clair – ou d’une manipulation – un énième filtre arracheur de matière -. Mieux, d’un petit mystère.

Dès lors, la difficulté n’a donc pas été de savoir quelle image j’allais pouvoir composer avec cette cascade aperçue au loin, ces rochers recouverts d’algues et ces personnes déambulant sur la plage à marée basse, un peu comme l’on peut se demander le soir, la tête dans le frigidaire et le bras posé sur sa porte, ce que l’on va bien pouvoir mitonner avec ces deux tomates, ces trois cœurs d’artichaut et cette tranche et demie de rôti, mais comment j’allais réussir à créer, avec un minimum de moyens, cette image-là très précisément, compromis complexe de deux temporalités opposées : enregistrer le mouvement, donc le temps qui passe, et, en même temps, saisir le mouvement, donc, l’instant.

Share on Facebook

1 comment

octobre 13th, 2016

Je connais ce phénomène! Et la frustration qui va parfois avec lorsque, malgré tous nos efforts, on arrive pas à concrétiser notre vision. Belle photo. Merci pour le partage.

leave a comment


+ trois = 5